La peinture de Martin semble calme et ordonnée. Il peint par séries
de recherches visuelles.
Sa préocupation principale est «le cadrage», pas celui qui borde
docilement un plan mais plutôt celui qui déborde et qui vient entraver
notre perception, celui qui gène et qui nous pousse à s’interroger,
à nous donner envie de voir ce que le peintre nous cache...
Le travail de l’artiste peut-être exposé selon le mouvement de
ses interrogations et essais.
L’observateur appréhendra alors la démarche
en retrouvant parfois, les mêmes motifs qui rebondissent de
tableaux en tableaux.
Les peintures cohabitent et communiquent, mais elles peuvent
également se suffire à elles-mêmes, possédant toutes cette force qui
happe le regard.
Sans s’en rendre compte, on se perd dans ces paysages
frôlant l’abstraction.
Petit à petit, on perd pied et le monde qui nous entoure
s’efface...

                                                                                                   Loraine Jacoletig

Diplômé de l’ESAVL, Martin Chaumont est peintre. Jonglant entre réalité et fiction, d’images visitées ou inventées, il crée des paysages qui font travailler notre mémoire.

On se souvient dans ses peintures de nos errances. Parfois, ce spectacle est très aérien ;

souvent, il est nébuleux ou trouble.

Les passages sont flous et vifs, nous parcourons les sentiers à vélo.

La foudre et les branchages forment des motifs qui irriguent les murs. Tout, ou presque, est nuances d’azure, de jade et de chêne. La nuit c’est orageux, le jour c’est bleu.

Une odeur d’huile de lin et de térébenthine plane dans l’espace. Une profusion de sous-bois et d’horizons s’entremêlent et se chevauchent. 

                                                                                                                                                                                                                                             Mikail Koçak